Après mon épopée dans Final Fantasy XV c'est dans l'univers de The Last Guardian que je me suis plongée.  Je ne vous cache pas qu'il m'a fallu un peu de temps pour refaire surface et retrouver mon souffle...coupé par la nouvelle œuvre de Fumito Ueda.

Attendu 9 ans durant par la communauté, The Last Guardian devait faire son apparition sur PS3. Finalement, la première semaine de  décembre 2016,c'est sur Playstation 4 qu'il sortira de ces années de développement ! C'est donc d'un air enthousiaste que je me suis enfermée à double tour jusqu'à ce que la fin de ce jeu d'action-aventure signé Fumito Ueda me ramène à la réalité.

Test De The Last Guardian, TOP ou FLOP ?

L'aventure de The Last Guardian débute donc au cœur d'anciennes ruines humides... Vous incarnez un jeune garçon qui semble amnésique, ne sachant pas comment il est arrivé au cœur de ces vestiges. Les seules informations que nous ayons: de mystérieux tatouages. A ses côtés il découvre Trico, un majestueux griffon. Avec lui naîtra une relation dont on pourra découvrir la force et la beauté tout au long du jeu. Toutefois, j'ai été submergée d'émotions dès les premiers instants grâce à un environnement immersif empli de poésie.

Un environnement immersif accompagné d'un gameplay original ! 

Dès les premières secondes, The Last Guardian nous plonge dans un monde inédit, digne de ses prédécesseurs; Shadow of Colossus et ICO. En effet, je me suis d'abord laissée absorber par la fluidité graphique que m'offrait ce nouvel opus de la Team Ico. S'en est suivi l'exploration d'un environnement vaste dans lequel pouvait cependant régner une ambiance pesante suivant les épreuves.

Afin de venir à bout de votre aventure, il vous faudra résoudre des énigmes qui, entre nous, ne demandent pas d'effort surhumain avant d'être résolues. Les énigmes restent toutefois correctes en terme de difficulté. Cependant, un Trico quelque peu têtu pourra vous ralentir et certaines fois même vous donner le sentiment de frustration de ne pas avoir tout, tout de suite. Mais n'est ce pas là finalement que le vrai charme du jeu s'opère ? En effet, j'ai trouvé que l'Intelligence Artificielle (I.A) donnée à Trico était une réussite totale. Cette dernière nous force par ailleurs à apprivoiser l'animal et à l'aimer tel qu'il est. En d'autres termes, cela nous fait découvrir une personnalité à part entière et accentue notre attachement à cette créature en même temps que celle que le jeune garçon a pour lui.  

Test De The Last Guardian, TOP ou FLOP ?

Le seul et unique inconvénient qu'on pardonne !

Pour ma part,  je n'ai subi qu'un seul problème au cours de mon aventure avec Trico. Celle d'une caméra défaillante lors des sessions de combat. Toutefois, ces soucis ont vite été oubliés au vu de la richesse du contenu qui nous transporte dans l'univers unique de The Last Guardian. 

The Last Guardian mérite t-il son succès ? 

Ayant parcouru le monde de The Last Guardian pendant une bonne quinzaines d'heures, j'ai ressenti, au travers d'une histoire simple, celle d'une amitié indestructible.  A cela s'ajoute une I.A. très réaliste et donc des plus attachantes. Ceci accentue les moments de bonheur partagé mais aussi la peur de voir souffrir l'animal dans les moments critiques. Je ne pouvais vous quitter sans vous parler bien évidemment de cette bande-son qui nous accompagne dans les moindres recoins du jeu et qui joue également un rôle essentiel dans le ressenti des émotions. Je pense donc important de souligner que la qualité du travail de la Team Ico (dont Fumeto Ueda) s'est clairement faite ressentir durant toute mon aventure. Aventure qui s'achève de façon... bouleversante.