13 ans se sont écoulés depuis le dernier voyage de Kate Walker, l'héroïne de la série Syberia. Après tant d'années, on pouvait donc espérer une aventure grandiose et magnifique pour notre chère aventurière. Cependant, le bilan est plus que mitigé pour le dernier jeu de Microïds.

Syberia 3 est le dernier opus en date de la célèbre série de Point'n'Click écrite par Benoît Sokal. Et bien qu'il ait précisé que le jeu n'est pas la suite des précédents opus, l'aventure Syberia 3 commence quelques temps après les événements de son prédécesseur. On retrouve donc notre chère aventurière, Kate Walker, laissée pour morte dans un paysage gelé. L'héroïne est ainsi recueillie par le peuple Youkol qui l'aide à se remettre sur pieds en l'emmenant dans une clinique plus que douteuse dans le village glacial de Valsembor. Après l'introduction de l'intrigue principale impliquant des méchants docteurs russes et un colonel avec un cache-œil, Mlle Walker décidera de venir en aide au peuple nomade. C'est ainsi qu'elle se lancera dans une nouvelle aventure, celle de la transhumance des grandes autruches des neiges.

Test : Syberia 3, un voyage semé d'embûches pour Kate Walker

Syberia 3, une aventure pour les connaisseurs et les néophytes

Pour le troisième opus d'une série, la question est tout à fait légitime : Peut-on jouer à Syberia 3 sans avoir fait les précédents ? Il n'est pas toujours facile de jouer à des jeux "anciens", c'est pourquoi certains décident de ne pas rejoindre une licence en cours de route. Toutefois, Syberia 3 est un jeu abordable facilement, que vous soyez un connaisseur ou bien un néophyte. Quelques références sont faites au passé de Kate Walker. Mais même s'il vous manquera des bribes d'informations, il ne vous sera pas difficile de comprendre le passé de la jeune aventurière. De plus, l'intrigue de Syberia 3 est totalement détachée des précédents jeux, ce qui vos permettra quand même de comprendre les enjeux mis en place au cours de votre périple. Cela pourra cependant être vu comme un défaut pour les connaisseurs de la licence. En effet, beaucoup de questions restent en suspens concernant les événements entre Syberia 2 et 3. Des questions qui resteront, sans doute, sans réponse...

Syberia 3D, une transition loin d'être réussie

Contrairement à Syberia 1&2, Syberia 3 se déroule dans des environnements entièrement en 3D. Et bien que les premières esquisses du jeu nous laissaient imaginer des paysages somptueux et idylliques, il s'avère qu'à peine sorti, le jeu est déjà daté ! Je ne suis pas de ceux qui jugent les jeux par la beauté des graphismes, mais il faut bien avouer que les environnements de Syberia 1 m'ont laissé beaucoup plus rêveur que ceux du dernier né de la série.

Test : Syberia 3, un voyage semé d'embûches pour Kate Walker

Screenshot de Syberia 1 sur PC, Université de Barockstadt

Le jeu vous laisse donc libre de vos mouvements dans de vastes tableaux en 3D, l'occasion rêvée pour admirer les paysages, autant au premier plan qu'à l'horizon ! Mais c'était sans compter sur les piètres performances du jeu... Celui-ci sera très souvent victime d'énormes chutes de framerate, de freezes ainsi que d'une caméra quasi-fixe qui en fera pester plus d'un. Les angles sont souvent mal choisis et ne permettent pas de naviguer agréablement dans les environnements. Parfois elle restera dans son coin alors que Kate Walker est déjà hors-champs, derrière un mur ou encore tellement loin qu'on ne saurait plus la distinguer. Et quand elle se décide enfin à changer d'angle, c'est la Bérézina ! Et on se retrouve à ne plus savoir où nous sommes ni dans quel sens aller. Cette même caméra sera une plaie pour distinguer les détails de l'environnement essentiels à l'avancement de l'histoire. Dur constat pour un type de jeu dont le but même est de rechercher des objets cachés un peu partout et qui une fois trouvés vous permettront de résoudre les différentes énigmes du jeu !

"L'expérience de jeu est améliorée en jouant avec une manette"

J'ai personnellement effectué ce test sur la version PC de Syberia 3. Toutefois j'ai parcouru l'intégralité du jeu équipé de mon gamepad. Mais si j'en crois mes confrères de JeuxVideo.com ou JeuxActu, l'expérience au clavier-souris est des plus désastreuses. Mais même à la manette, les choses ne sont pas toujours plaisantes. Le jeu soufre en effet de nombreux bugs liés aux mouvements de Kate Walker. L'aventurière sera donc souvent rigide et difficile à manier. Il est d'autant plus frustrant de se déplacer dans ces vastes environnements en 3D avec cette maniabilité aux oubliettes, des murs invisibles par millions et les pires ennemis de notre héroïne : les escaliers, qu'elle peinera très souvent à monter et où il vous faudra vous y reprendre à de multiples reprises si vous désirez monter un étage.

Test : Syberia 3, un voyage semé d'embûches pour Kate Walker

Syberia 3 offre des énigmes simples mais agréables à résoudre

Des énigmes réussies, bien qu'un peu faciles

Qui dit Point'n'Click dit puzzle et énigmes et sur ce point, Syberia 3 nous offre une expérience très satisfaisante. Le jeu utilise avec brio la 3D dans ses puzzles. Il vous sera donc demandé d'utiliser les joysticks pour tourner les objets dans tous les sens. Cette vision à 360° sera nécessaire si vous voulez passer certains puzzles. De plus, le jeu au gamepad vous offrira des sensations agréables lors de la manipulation des objets. Dévisser une vis, ouvrir un clapet ou encore déplacer des objets, c'est simple mais qu'est-ce que c'est plaisant en terme de gameplay ! Les énigmes ne sont pas réellement compliquées, ce qui donne une certaine fluidité au déroulement de l'action. Cependant, on pourra regretter de ne pas devoir se creuser la tête plus que ça dans un type de jeu où la réflexion est censée être au premier plan.

Test : Syberia 3, un voyage semé d'embûches pour Kate Walker

Encore une fois Kate Walker se retrouve dans le pétrin !

Une ambiance portée par une bande son magnifique, mais c'est tout

Comme je l'ai déjà indiqué précédemment, il ne faut pas trop compter sur l'aspect graphique du jeu pour vous transporter. C'est là que les musiques d'Inon Zur viennent relever le niveau. Les thèmes sont beaux, collent parfaitement à l'ambiance, et si on ferme les yeux, nous emportent dans un voyage véritablement dépaysant ! Toutefois lorsque la musique vient à s'absenter, c'est un silence pesant qui prend place, nous rappelant alors que les petits détails du sound design sont en fait extrêmement important pour une parfaite ambiance sonore. Malheureusement, les dialogues ne remontent pas le niveau avec des doublages souvent sans âme, monotones, pas du tout en accord l'action de Syberia 3... Je voudrais cependant donner une mention spéciale à l'une des zones les plus plaisantes, graphiquement, de Syberia 3 : la Parc d'attraction de Baranour, dévasté par un accident nucléaire.

Test : Syberia 3, un voyage semé d'embûches pour Kate Walker

Ma zone préférée de Syberia 3 : le Parc d'Attractions de Baranour

Des thématiques très intéressantes dans une histoire oubliable

Dans Syberia 3, vous devrez escorter une tribu Youkol lors du grand pèlerinage des autruches des neiges. Mais bien que ces créatures aient un petit je-ne-sais-quoi de mignon, cela m'a beaucoup moins fait rêvé que la recherche des mammouth et la découverte des automates Voralberg de Syberia 1 et 2. Cette fois, Kate Walker se retrouve confrontée à de véritables méchants : le Docteur Olga Efimova et le terrifiant "Colonel" et son bandeau sur l'œil gauche ! Mais ces ennemis sont très clichés, peu charismatiques et ne bénéficient d'aucune profondeur. Au final, on se retrouve face à des méchants qui sont méchants car ils sont méchants...

Mais derrière tout cela se cachent dé véritables thématiques profondes et intéressantes. Au cœur d'un monde en constante évolution technologique, la tribu Youkol arrivera-t-elle à conserver ses traditions ancestrales face à ceux qui veulent à tous prix les sédentariser ? Le tout se déroulant sur fond de catastrophe nucléaire, de manipulations psychologique ou encore de la vision d'un petit village qui, par peur de l'inconnu, se retrouve à exclure les étrangers que les habitants estiment nocifs... Il vous faudra donc faire attention aux détails si vous voulez apprécier dans son intégralité la profondeur du propos de Syberia 3.

Test : Syberia 3, un voyage semé d'embûches pour Kate Walker

Le Colonel, grand méchant de Syberia 3, avec son cache-œil de méchant !

Syberia 3, un véritable Point'n'Click ?

Finalement, Syberia 3 s'éloigne beaucoup de ses prédécesseurs ainsi que des autres jeux du genre. Personnellement, je suis un grand fan de Point'n'Click et j'adore, par exemple, être en mesure de cliquer sur une armoire pour entendre mon personnage dire des banalités inutiles, ou encore des réflexions sur tout et n'importe quoi. C'est ce que l'on pouvait retrouver dans des grands noms du genre tels les Gabriel Knight ou Les Chevaliers de Baphomet. Ainsi, Syberia 3 se détache de ses racines et se tourne vers une vision plus moderne du genre Point'n'Click. Celle qui a émergé avec des studios comme Telltale Games. Dans ces jeux, que l'on qualifie souvent de Point'n'Click, le but n'est pas de vous casser la tête avec des énigmes loufoques ou de vous faire parler des heures durant avec tous les personnages que vous rencontrez. Non, là l'objectif est de vous diriger tout droit et de vous raconter une histoire. Et de temps en temps on vous passe la manette pour que vous résolviez une énigme ou que vous alliez parler à Jean-Michel 2 écrans plus loin. On peut notamment voir cette évolution de la licence Syberia dans sa nouvelle façon de gérer les dialogues. Plutôt que d'avoir une douzaine de thématiques à aborder avec chaque personnage que vous rencontrez, vous n'avez là que 4 options de dialogue qui vous permettront d'en apprendre un peu plus sur la situation, ou alors d'avancer dans l'histoire si vous avez effectué les bonnes actions précédemment.

Test : Syberia 3, un voyage semé d'embûches pour Kate Walker

Les dialogues de Syberia 3 sont limités, mais permettent une bonne compréhension de la situation et font avancer l'histoire

A bientôt Kate Walker !

En conclusion, il m'est difficile de vous conseiller d'acheter Syberia 3, que vous soyez un fan de la série ou que vous la découvriez avec ce test. Il est aussi compliqué de dissocier la vision de base de Microids avec le résultat final observé. On pourra cependant remarquer que malgré son emballage miteux, Syberia 3 cache tout de même une histoire intéressante et attachante. Et au bout d'une douzaine d'heures de jeu, c'est avec un certain pincement au cœur que l'on regardera les crédits de fin défiler, parce qu'on aurait quand même aimé en avoir plus ! Et malgré les avis négatifs, un quatrième jeu Syberia est déjà en cours d'écriture. J'espère juste que je n'aurais pas 13 ans de plus à attendre et que Syberia 4 saura relever le niveau !

Syberia 3 est sorti le 20 Avril sur PC, PS4, Xbox One et verra le jour plus tard sur Nintendo Switch.

Retrouvez Syberia 3 sur son site officiel et sur Zone Actu pour les dernières actus..