Si les DLC ont changé notre manière de jouer, il sont devenus monnaie courante dans l'univers du jeu vidéo. On les trouves à peu près partout, de nos smartphones (le plus souvent sous forme de micros transactions), à nos consoles portables ou encore de salons... mais sont-ils réellement nécessaires et qu'apportent-ils vraiment ? C'est ce que nous allons tenter de voir ici.

Dernièrement Ubisoft a fait son mea culpa au sujet de ses DLC (trop chers?) et s'orienterait vers un système de suppléments gratuits intégrant des micro transactions... c'est cette voie que semble emprunter la grande majorité des éditeurs pour les mois et les années à venir. Après avoir consommé toutes sortes de DLC, je peux vous dire que cela ne me dérange pas d'investir une trentaine d'euros supplémentaires dans un jeu pour lequel il m'arrive encore de jouer. Et si un Driveclub nous donne l'impression de participer à son bon développement, un esprit de fun s'en dégage au point d'être heureux de retrouver certaines de nos idées "in game" après une mise à jour. Ainsi, heureusement que des équipes de développeurs sont à l'écoute de leur communauté, car c'est grâce à cela que notre expérience s'en retrouve améliorée. Alors... vivent les DLC non?

De Nintendo à Rocktar faisons le point sur les DLC !

Rockstar avec GTA V (2013):

Une pluie de DLC gratuits a permis au jeu d'atteindre les 70 millions de ventes étalées sur trois ans et deux générations de consoles. L'exemple d'une parfaite maitrise au succès sans précédent.

On attend le pied ferme un GTA VI !

Evolution Studio (Sony) avec #Driveclub (2014):

Un jeu de courses de voitures se voulant ultra connecté, mais qui à sa sortie n'avait pas même le online... faute à une programmation calamiteuse et laborieuse pour un rendu pourtant sublime. Un saison pass de 20 euros fut mis en place donnant accès à l'intégralité des DLC distillés sur deux ans, la gratuité étant de mise un mois sur deux. #Driveclub est l'exemple type d'un jeu sauvé par ses DLC, où la météo dynamique (avec un résultat sans précédent), fit son apparition embarquant par la même occasion de nombreux circuits, véhicules. Une dernière mise à jour intégrant les maps de Driveclub VR à la version originale du soft est tombée tout récemment. #Driveclub est pour beaucoup la référence des jeux de voitures sur PS4. Une énorme communauté de joueurs ne cesse d'en faire les louanges.

Il n'y aura malheureusement pas de suite, l'équipe du studio ayant été remerciée par Sony...

Bungie avec Destiny (2014):

Des extensions à 35 euros de l'an ! Mais l'opération s'avère être finalement un succès. La toute dernière DLC "Les Seigneurs de Fer" (2016) a relancé les ventes permettant au jeu de se vendre plus qu'à sa sortie. Personne n'aurait parié dessus, et on peut remercier le Gjallarhorn (le lance roquette fétiche des gardiens de l'année 1) d'avoir fait son grand retour.

Destiny 2 est annoncé pour l'automne 2017.

Que faut il en retenir dans tout cela ?...
Nintendo avec Super Mario Run (2016):

Ce Mario à paraître sur smartphone est un événement et une première chez Nintendo. Notre plombier tout de rouge et de bleu vêtu débarquera sur nos téléphones le 15 décembre (exclusivité Apple dans un premier temps). Attention, ce jeu sera une sorte de free to play à la sauce Nintendo puisque l'intégralité de ce "runner" sera accessible pour la modique somme de... (roulements de tambours) 9,99 euros ! Vous avez bien lu et il est vrai que le pari est osé de la part de Big N.

Le rendez-vous est pris et nous ne manquerons pas d'analyser l'intérêt d'une telle stratégie.