Connect with us
Accueil > Jeux Video > CS:GO

CSGO : Un bug permettait de hacker n’importe quel PC

Publié, il y a

, le

CSGO, CSGO hack, CSGO source, CSGO piratage, Counter Strike Global Offensive

Valve a récemment déployé un patch afin de corriger une faille du moteur Source de CSGO. Cette faille aurait pu permettre à n’importe qui de hacker n’importe quel ordinateur instantanément.

Pendant que tous les yeux des amateurs de CSGO étaient tournés vers la performance des Virtus.pro à domicile pour la PGL Major Kraków 2017, Valve s’est vu confronté à ce qui aurait pu être une véritable catastrophe numérique. En effet une faille du moteur Source, utilisé par CSGO et plusieurs autres jeux, permettait à n’importe qui de hacker un pc via un script. Cette faille exploitait le système de cartes personnalisées de CSGO. En un seul frag, vous pouviez hacker le PC du joueur tué. C’est Justin Taff, un chercheur en sécurité de One Up Security qui a découvert cette faille. Un risque important donc pour des millions d’utilisateurs, mais pas seulement. En effet, certaines entreprises proposant des salles de repos pouvaient être mises en danger par cette faille. Un instant de détente sur CSGO qui pouvait rendre leur réseau interne vulnérable.

CSGO, CSGO hack, CSGO source, CSGO piratage, Counter Strike Global Offensive

En un frag sur CSGO, le hacker pouvait prendre le contrôle de votre PC grâce à un code malveillant.

Un code malveillant pouvait être chargé dans un élément personnalisé des cartes créées par la communauté sur CSGO et tout jeu utilisant le moteur Source.

Vous n’êtes pas sans savoir que grâce à Source certaines cartes sont personnalisables à l’envie. Ce qui intéresse tout particulièrement les hackeurs sont les textures et les ragdolls. Celles-ci sont très appréciées des joueurs de la communauté CSGO. Les éléments se téléchargent automatiquement lorsque vous rejoignez une carte personnalisée. À partir de là il est très simple de détourner ces éléments afin de les rendre dangereux en y intégrant un script malveillant. La menace pouvait prendre plusieurs formes, allant du simple virus au ransomware, et aurait été totalement invisible.

Sources & crédits