Connect with us
Accueil > Jeux Video > esport > Call of Duty WW2

Call of Duty WW2 : l’épisode voué à relancer l’eSport ?

Publié, il y a

, le

call of duty world war 2 activision sledgehammer games esport compétition soldats

La scène eSportive Call of Duty est-elle amenée à se relancer et à retrouver son côté attrayant avec l’arrivée de Call of Duty World War 2 ? Il y a fort à parier que oui.

L’ère Call of Duty peut désormais repartir du bon pied avec le dernier volet qu’est Call of Duty WW2. Cette nouvelle itération signée Sledgehammer Games revient à ses origines avec des actions qui se déroulent à même le sol. Les glissades, courses sur les murs, doubles sauts et autres acrobaties diverses ont été abandonnées au profit d’un gameplay 100% terre à terre. Call of Duty WW2 vient ainsi marquer le retour des fondamentaux qui ont contribué au succès de la franchise d’Activision à l’échelle planétaire. Chose qui devrait à coup sûr redorer l’image d’une saga qui, sur le plan eSportif, faisait clairement pâle figure depuis deux ou trois années consécutives. Telle est la question justement : est-ce l’opus synonyme de nouveau départ pour la scène eSportive CoD ou pas ?

call of duty championship 2017 optic gaming esport compétition tournoi

Quand l’eSport CoD est au plus bas

Après Black Ops 2 (jeu ayant offert aux fans d’eSport une saison d’anthologie) voire même Ghosts, l’attrait pour les compétitions sur Call of Duty a sérieusement commencé à chuter. La faute à quoi ? À une succession d’épisodes qui plongeaient les aficionados de la gâchette dans des cadres totalement futuristes. Advanced Warfare, Black Ops 3 et Infinite Warfare, tels sont les noms de ces hits qui ont converti les joueurs vers des gameplays bien différents de ceux des opus d’origine. Ce changement brutal de contexte, qui a de ce fait eu un impact direct sur la façon d’évoluer ingame, est aussitôt venu refroidir une communauté habituée à des phases de jeu au sol.

Le fait de devoir s’habituer avec ces nouvelles mécaniques de jeu (wall run, glissades, jetpacks, …) n’a fait finalement que bouleverser les habitudes des joueurs. Indépendamment de leur volonté bien entendu, ceux-ci n’ayant pas eu d’autre choix que de s’adapter à ces changements drastiques. Conséquence ? Les fans se sont petit à petit désintéressés à Call of Duty et donc indirectement, aux compétitions eSportives. De moins en moins de fans ont suivi les tournois, même les plus importants. Et pourtant, tout semblait bien parti en janvier 2016 avec le lancement officiel sur Black Ops 3 du championnat mondial instauré par Activision qu’est la Call of Duty World League (CWL).

call of duty championship 2015 black ops 3 jkap remy esport tournoi compétition

Ce circuit annuel, composé de deux divisions distinctes (professionnelle et amateur) et où trois régions bataillent sans relâche (Amérique du Nord, Europe et Asie-Pacifique) dans le but de repartir avec 3 millions de dollars de cashprize, a vu sa première édition rencontrer un franc succès. L’événement, qui s’est traduit par 9 mois de compétition intensive, a plutôt bien marché dans son ensemble. Il n’est toutefois pas parvenu à donner envie à la communauté de s’y intéresser davantage. S’il était au début question d’un grand nombre de spectateurs lors de matchs retransmis en direct, il n’en a plus rien été par la suite. Qu’on le dise clairement, les viewers se sont vite lassés d’assister à des rencontres ultra-futuristes entre les équipes. Un coup dur pour la CWL, qui malgré la présence du gratin mondial lors de certains rendez-vous, a vu son intérêt diminuer au fil du temps.

Alors dans une posture plutôt bancale, Activision a pris soin de tirer des conclusions dans le but de faire mieux l’année suivante. Or là encore, le géant américain semble avoir failli à sa tâche. Le principal responsable, Infinite Warfare. Cuisant échec commercial, le soft des studios Infinity Ward n’a fait que ternir l’image de la licence en raison d’un contexte digne des plus grands films de science-fiction. Résultat, l’engouement global est très vite redescendu et cela s’est répercuté sur la CWL. Les joueurs ont peiné à se motiver pour jouer, eux qui au passage, ont vu leur rythme de vie être perturbé à cause de la course aux Pro Points. Ceux-ci n’avaient pas d’autre choix que de jouer en permanence pour espérer avoir une chance de se rendre à des événements internationaux ou non.

cwl atlanta call of duty infinite warfare eunited esport tournoi compétition

Trop de contraintes donc, couplées à un manque certain de motivation, qui ont eu pas mal d’effets négatifs sur la seconde édition de la CoD World League. Alors certes, les cashprizes laissaient rêveur mais cela n’a pas suffit à relancer une machine qui faisait du sur-place depuis plusieurs mois. Sans parler bien entendu des spectateurs qui de leur côté, ont perdu toute envie de suivre des rencontres qui ne les intéressaient pas et ne les faisaient pas vibrer. Oui, sacré coup dur pour l’eSport CoD ! Aujourd’hui au plus bas, celui-ci se doit de remonter la pente s’il veut regagner le cœur des fans. C’est là justement où Call of Duty WW2 va jouer un grand rôle, lui qui peut permettre à la licence de se remettre dans le droit chemin.

Call of Duty WW2, le sauveur

Le jeu de Sledgehammer Games semble réunir tous les éléments que la scène compétitive attend depuis tant d’années. Le retour de la Seconde Guerre Mondiale fait plaisir et permet désormais aux joueurs de s’affronter en ayant les pieds sur terre. Fini les exosquelettes et actions se déroulant aux confins de l’espace. Place maintenant à du 100% terre à terre au beau milieu de décors ravagés par les bombes. Ce qui sous-entend des combats qui auront lieu uniquement au sol. Un Call of Duty comme on l’aime, tout simplement ! D’autre part, les joueurs vont être à même d’évoluer avec des armes de l’époque telles que la Thompson, la M1-Garand, le Springfield, … Tous ces joujoux ont un petit côté nostalgique aux yeux de certains et vont à coup sûr les inciter à reprendre la manette.

call of duty world war 2 activision sledgehammer games seconde guerre mondiale quartier général

D’anciens vétérans de la scène comme Gunshy ou MBoze pour ne citer qu’eux sont justement revenus sur le devant de la scène en annonçant leur comeback sur CoD WW2. De quoi s’attendre à un choc intergénérationnel avec d’un côté, les anciens ayant fait leurs armes sur les vieux jeux et de l’autre, les jeunes qui ont un pied dans le milieu depuis seulement un ou deux ans. C’est pour dire à quel point cet opus est synonyme de nouveau départ pour la scène eSportive. Pas uniquement aux yeux des joueurs. Les fans aussi vont y trouver leur compte et seront certainement plus à même de suivre les compétitions diffusées en ligne. Que du positif à première vue pour la CWL 2018, dont le cashprize avoisine cette année les 4,2 millions de dollars.

Alors honnêtement oui, il ne fait pas l’ombre d’un doute que l’eSport va repartir grâce à CoD WW2. Probablement doucement au départ, mais pour ensuite gagner en intensité et rallier à sa cause celles et ceux qui espéraient voir rebondir cette scène depuis de longue date.